2014-12-03 – Isabelle Tremblay espère un volant en 2015

29 nov. 2014
Nord Info
mbrunelle@groupejcl.com

Nord-Info1En 2014, la pilote automobile blainvilloise Isabelle Tremblay n’a pas conduit de bolide de course, faute de moyens financiers. Pour 2015, elle espère réunir assez de fonds pour être de la série NASCAR Canadian Tire.Elle multiplie les campagnes de financement et les rencontres pour accrocher des commanditaires. Elle a même son émission de radio sur le Web, chacun sa course, sur les ondes de CNV, dont les bureaux sont situés à Boisbriand.

«Avec cette émission, je veux faire connaître le sport à monsieur et madame Tout-le-Monde, a-t-elle indiqué. Les fans de courses le sont à 110 %. Le but est de faire découvrir ce sport à d’autres, par l’entremise de vedettes appréciées du public.»

LA PIQÛRE SUR LE TARD

C’est en 2008, à l’âge de 36 ans, qu’Isabelle Tremblay est tombée en amour avec la course automobile. «J’ai toujours tout conduit (bateau, camion, tracteur et même un hélicoptère), se souvient-elle. Je travaillais comme agent d’immeubles quand un de mes clients m’a convaincue d’essayer une course d’enduro, à Saint-Eustache.

«Il n’était pas question que je me présente là seulement en touriste. Quand j’embarque dans quelque chose, c’est pour être la meilleure, et ce, même contre les gars, a-t-elle renchéri. Je me souviens que, même à la main chaude, je voulais gagner.»

Ils étaient 97 pilotes à prendre le départ et, au bout des 200 tours, c’est elle qui s’est retrouvée sur la plus haute marche

SPORT DISPENDIEUX
du podium. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle ait la piqûre.

«Quand j’ai fini le tour et que j’ai vu le drapeau à damiers, je ne croyais pas que c’était pour moi, alors j’ai fait un tour de plus pour être sûr de finir la course», a-telle raconté.

Depuis, elle a multiplié les courses, dont 16 en NASCAR Canadian Tire, où elle a terminé trois fois dans le top 10, dont une fois au Grand Prix de Trois-Rivières.

Son plus haut fait d’armes reste à ce jour sa victoire en formule 1600, sur le circuit Gilles-Villeneuve, en 2011. Elle est la seule femme à avoir remporté une course sur ce circuit.

«Des fois, je me demande comment ça serait, aujourd’hui, si j’avais commencé à pratiquer ce sport plus jeune», dit-elle.

Dans le sport automobile, le nerf de la guerre, c’est le financement. Isabelle veut avoir un volant pour la série NASCAR Canadian Tire en vue de la saison 2015. Parce que tous les grands pilotes y sont: Andrew Ranger, Alexandre Tagliani et les frères Dumoulin, dont Louis-Philippe qui a gagné la dernière saison.

Cette série compte 11 courses dans six provinces différentes, dont quatre au Québec, soit à ICAR, à Mirabel, à SaintEustache, en Beauce et à Trois-Rivières.

Chacune des courses coûte entre 25 000 $ et 35 000 $, tout dépendant de l’équipe qui entoure les voitures.

«C’est sûr que mon objectif est d’être de cette série, mais je sais qu’en 2015 j’aurai un volant puisque je reçois plusieurs offres pour d’autres séries. Mais pour le moment, j’espère un volant en NASCAR Canadian Tire», a-t-elle mentionné.

<< Article original ici >>